Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

4 conseils contre le syndrome de l'imposteur

Qu'est-ce que le syndrome de l'imposteur ?

C’est un mélange d'anxiété et de doute de soi qui conduit à nier notre mérite et nos succès.

C'est l'impression de ne jamais être à la hauteur, la peur que son entourage professionnel se rende compte de notre imposture, la conviction que les autres sont toujours plus compétents…

En cas d'échec, on se sent responsable et on s'en veut. En cas de réussite, on se dit que ce n'est pas grâce à nous, qu'on a juste eu un coup de chance. 

 

4 astuces pour lutter contre le syndrome de l'imposteur

1) S'accepter

Prendre conscience que l'on fait de son mieux et que la perfection n'existe pas.

Dans un tableau à deux colonnes :

  • Lister ses points forts : Ce en quoi vous vous considérez comme compétent.e
  • Lister ses axes d'amélioration (et non pas ses "points faibles) : Ce sur quoi vous pouvez progresser

 

2) Dire stop aux pensées négatives : 

On retient en général plus les mauvaises nouvelles que les bonnes.

C'est le biais de négativité : la tendance à surévaluer ce qui nous arrive de moins bien au détriment des choses super cool qui nous arrivent aussi.

C'est prouvé : une perte nous affecte bien davantage que le gain équivalent.

Cela nous vient de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs. Selon les darwiniens, ceux qui se méfiaient des baies, parfois mortelles, aurait mieux survécu que ceux qui avaient juste envie d'en manger...parce que c'est bon. Et on les comprend. Mais cette méfiance se serait transmise à leur descendance (nous).

C'est vrai, maintenant la vie est moins dangereuse, et pourtant, on se comporte toujours comme s'il pouvait nous arriver quelque chose de très grave. Ce qui fait que ce biais de négativité est inutile et peut un peu nous gâcher la vie.

Alors, pour se sortir des ruminations mentales, on les reformule et on recentre notre attention sur notre respiration.

De...  À...

Je n'y arriverai jamais...

Je suis nul.le...

Je suis incapable de...

Quand j'aurais...

je pourrais...

 

3) Faire de ses axes d'amélioration des objectifs

Voir ses “points faibles” comme des axes de progression a une vertu incroyable : vous allez pouvoir convertir ces axes en objectifs à atteindre !

Sont-ils concrets et atteignables ?

Pouvez-vous les traduire en plan d'action ?

Visualisez l'aboutissement de ce plan d'action, que ressentez-vous ?

 

4) Célébrer toutes ses victoires

On vous propose de célébrer et savourer vos petites (et grandes) victoires,

De prendre conscience du chemin parcouru :

Où étiez-vous il y a 5 ans ?

Quels étaient vos objectifs, vos rêves ?

De la même façon qu'on retient plus les pensées et émotions négatives que les positives, souvent, on se concentre et se rappelle plus des échecs que des réussites.

Pour lutter contre le syndrome de l'imposteur et préserver son bien-être mental, on se force à célébrer et savourer ses petites (et grandes) victoires.

La première pourrait être de célébrer d'avoir essayé d'appliquer ces 4 astuces ?

 

Pour en savoir plus sur le syndrome de l'imposteur, nous vous recommandons le livre d'Alexandre Dana, fondateur de LiveMentor :

Par ici 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.