femme qui medite dans la nature

Les 5 bienfaits de la méditation

Méditer ? Cela semble si simple et c’est pourtant si difficile à mettre en place dans son quotidien. Surtout quand on a plutôt tendance a beaucoup ruminer mentalement !

On a essayé la méditation pendant 30 jours. C'était difficile, mais on a vu des effets rapidement. Moins de stress, plus de prise de recul. On vous donne 5 raisons pour vous y mettre !

Vous souffrez d'anxiété ?

Découvrez les conseils de nos experts pour soulager l’anxiété et apaiser les ruminations mentales

Découvrir

En quoi consiste la pratique de la méditation ?

  • Qu'est-ce que la méditation ?

La méditation est un temps pour soi qui consiste à se concentrer pleinement sur le moment présent.

On associe souvent cette pratique mentale au fait d’entrer en pleine conscience . La pleine conscience correspondrait à un état dans lequel nous prêtons une grande attention aux éléments qui nous entourent et à ce qui se joue en nous. Entrer en pleine conscience c’est se concentrer pleinement sur nos sensations physiques, nos pensées, nos émotions mais aussi sur notre environnement, sur les bruits et les objets autour de nous.

Fabrice Midal, fondateur de l’École Occidentale de méditation, définit la méditation comme le fait d’ « affronter ses pensées et ses angoisses plutôt que les occulter grâce à la pleine conscience ». Néanmoins, il propose d’utiliser la notion de “pleine présence”, plus juste selon lui pour définir le phénomène. Effectivement, être conscient d’absolument tout est impossible et intenable sur le long terme. Parler de “pleine présence” est donc préférable. Entrer en pleine présence c’est se concentrer pleinement sur son environnement et se libérer de la “pleine conscience”, c’est-à-dire de tous nos ancrages qui nous limitent et nous restreignent.

Méditer ce n’est pas penser à rien mais plutôt accepter ce qui vient. Il ne faut pas chercher à écarter nos pensées parasites ou fuir ce qui nous dérange.

Le méditation permet de :

  • Prendre conscience de ce qui nous donne de la joie
  • Améliorer sa mémoire et sa concentration
  • Retrouver un sommeil réparateur
  • Aider à la prise de décision
  • Réduire son stress

Méditer c'est entrer en pleine présence.

  • Comment méditer ?

Méditer oui. Mais comment ? Pour méditer, pas besoin de matériel ! Assis ou allongé : à vous de choisir votre préférence ! Néanmoins, méditer demande d’être relativement alerte. Il est donc préférable de pratiquer la méditation assise et les yeux ouverts pour éviter tout endormissement favorisé par la position allongée. Fermer les yeux c’est aussi se fermer au monde extérieur et à tout ce qui nous entoure. Hors, une partie de la pratique de la méditation consiste à trouver son équilibre en se connectant à notre environnement.

Le plus difficile c’est de trouver le temps de pratiquer et de pratiquer de façon régulière.
Notre conseil ? Vous vous y mettez dès le matin, 10 minutes après votre douche (pour éviter de vous rendormir c’est mieux !). Cela permet de ne pas repousser votre séance et de bénéficier des bienfaits de la méditation dès le début de votre journée. On se concentre sur notre respiration ou sur un mantra et on essaye de prendre conscience des pensées qui traversent notre esprit.

Il faut aussi accepter d’avoir des pensées parasites. C’est totalement normal de voir son esprit embrumé par des ruminations mentales. C’est le fonctionnement par défaut de notre cerveau mais aussi une conséquence presque inévitable de l’anxiété. En prendre conscience, c’est le but de l’exercice ! Ne cherchez pas absolument la performance mais laissez vous guider par votre cerveau. L’objectif est simplement d’être et non pas de ne penser à rien.

Plus on pratique, plus il est facile de revenir rapidement dans un état méditatif.

Découvrez la méditation

THIBAULT VOUS ACCOMPAGNE


2

Créez vous un compte


3

Laissez vous guider


Voici nos 5 bonnes raisons de vous lancer dans la méditation !

On ferme les yeux et on se concentre sur sa vie intérieure.

  • 1. Prendre du recul

La méditation permet de prendre un moment en dehors de notre journée. C’est un temps calme pour prendre du recul sur notre situation ou pour voir une situation sous un autre angle. Quand on sort de son quotidien chargé, on peut prendre des décisions plus calmement.

Pratiquer la méditation peut aider à faire le tri dans nos problèmes. On accepte nos problèmes actuels, ceux pour lesquels il existe des solutions concrètes et on met de côté les ruminations abstraites.

Méditer, c’est se concentrer sur ce que l’on sait maintenant et ne pas se laisser guider par nos peurs.

Prendre conscience du mode par défaut de notre cerveau.

  • 2. Apaiser les ruminations mentales

La méditation est un entraînement de notre cerveau. Comme un sport, plus on pratique, plus on progresse.

Les pensées parasites sont normales. Se concentrer uniquement sur le moment présent sera au début difficile. On commence donc par prendre conscience de ces pensées intrusives, sans jugement. Puis, on ramène notre conscience vers notre respiration ou vers un mantra. Et, on essaye au maximum de rester pleinement attentif au moment présent.

Cette pratique peut nous accompagner tout au long de la journée, dès que le mental s’emballe !

Méditation et cure : le duo apaisant !

Découvrez notre huile bon courage
  • 3. Pratiquer la gratitude

Définir un mantra peut aider à diriger notre intention pendant la méditation. Il s’agit d’un mot ou d’une phrase que l’on répète lors de notre séance et qui nous permet de trouver le calme et la sérénité. On peut exprimer une émotion positive et remercier la vie de pouvoir l’expérimenter.

Pratiquer la gratitude permet de se concentrer uniquement sur le positif, de ne pas se focaliser sur ce qui nous manque mais plutôt sur ce que l’on possède déjà et d’éviter de se comparer aux autres.
On peut par exemple remercier la vie pour le soutien de nos proches, pour ce déjeuner au soleil, ou pour ce beau gâteau que l’on a mangé hier !

Les petits plaisirs du quotidien peuvent se savourer plus longtemps en méditant. On ressent d’ailleurs de la joie en se remémorant ce qui nous procure du bonheur.

  • 4. Muscler son mental

Certains jours, les pensées mentales sont incessantes et il est très dur de se concentrer sur notre respiration. Mais, quand on y arrive, c’est très satisfaisant ! On ressent un apaisement très intense et une connexion de soi à soi. Ce ressenti s’amplifie avec le temps et la pratique. On finit par ne plus pouvoir s’en passer !

C’est cette amélioration de ses capacités mentales qui est recherchée par les grands sportifs qui pratiquent la méditation. En travaillant sa concentration, sa mémoire et la gestion de ses émotions, on parvient, par la suite, à améliorer ses performances sportives.

Au fur et à mesure, entrer en pleine conscience devient un jeu d’enfant. En pratiquant la méditation, on augmente ses capacités de concentration et la performance de notre mémoire de travail, la mémoire à court terme qui permet de stocker et de manier les informations pendant une courte période.

  • 5. Se recentrer

Vous avez envie de vous reconvertir ? Vous ne savez pas ce qui vous passionne ? Vous cherchez désespérément votre voie. Commencer par méditer. La réponse est en vous.

Méditer c’est aussi apprendre à se connaître et se retrouver soi-même. C’est un espace où l’on peut être à l’écoute de nos sensations, ressentis et émotions. Nos douleurs, nos souffrances et notre état mental sont des indicateurs de la route à prendre.

Un premier pas vers la méditation ?

Découvrez nos programmes d’accompagnement pour soulager l’anxiété et trouver facilement le sommeil !

Découvrir

Nos astuces pour se lancer !

Se lancer dans la méditation n’est pas chose facile. Comme toute nouvelle activité cela demande de la discipline et oblige à un certain don de soi.
Commencez par déterminer la fréquence à laquelle vous souhaitez méditer. Réservez ensuite, dans votre journée, un créneau spécialement dédié à votre séance de méditation.

  • La méditation guidée

Pour débuter, la méditation guidée peut être une aide précieuse. Une voix vous accompagne et vous guide durant toute votre séance.
Si soutenir des marques françaises est important pour vous, vous pouvez alors télécharger, sur votre téléphone portable, des applications telles que Petit BamBou et Namatata. Celles-ci proposent des programmes de découvertes autour de différentes thématiques : lâcher prise, sommeil, estime de soi, sexualité et couple, alimentation, etc. Ces applications ne sont pas réservées aux adultes et peuvent tout à fait être utilisées par votre enfant anxieux ou votre ado qui manque de confiance en soi.
La plateforme YouTube peut aussi être votre meilleur allié pour débuter la méditation. La chaîne Boho Beautiful Yoga propose notamment un guide d’initiation à la méditation en 14 jours !

  • Lectures autour de la méditation

Si vous êtes un petit rat de bibliothèque, n’hésitez pas à faire un tour du côté du rayon “développement personnel” pour y découvrir les ouvrages de Fabrice Midal et de Christophe André.

  • Notre programme d'accompagnement en méditation

Pour vous accompagner au mieux vers la méditation, Mindology propose un programme d’accompagnement complet en méditation, réalisé par Thibault Gouttier, notre hypnothérapeute. En devant abonné.e. Mindology vous accédez à l’ensemble des séances vidéos disponibles sur notre chaîne YouTube. Scan corporel, exercices de respiration et de visualisation vous sont proposés afin de combattre l’anxiété, d’améliorer vos journées mais aussi vos nuits en retrouvant un sommeil profond et réparateur.

Méditez. La réponse est en vous...

Les contre-indications

Attention tout de même : la méditation n’est pas recommandée pour tous !

Si vous souffrez de dépression, de troubles bipolaires ou psychotiques, d’épisodes de dissociations, d’attaques de panique ou que vous avez un passé traumatique, les effets de la méditation peuvent vous être nocifs.

En l’absence de suivi médical, la méditation peut aggraver vos troubles. Préférez donc une discussion avec un professionnel de santé qui pourra vous guider sur le chemin de la guérison.

Sources

THIBAULT GOUTTIER : HYPNOTHÉRAPEUTHE

BOHO BEAUTIFUL YOGA : MÉDITATION SUR YOUTUBE

Christophe André, Méditer jour après jour, 2011

Christophe André, 3 minutes à méditer, 2017

Fabrice Midal, La méditation, PUF, « Que sais-je ? », 2017

Fabrice Midal, Méditer. Le bonheur d’être présent, Philippe Rey, 2019

MINDOLOGY_infusion_equipe_cbd

Votre expert

L’équipe
Mindology


Paroles d'entrepreneurs : gérer son bien-être mental quand on lance son projet

Nous avons interrogé Aliénor et Anne-Sophie, fondatrices de Nêge Paris.

Pouvez-vous vous présentez, ainsi que votre marque ?

“Aliénor & Anne-Sophie, nous sommes amies depuis plus de 10 ans, après avoir fait nos études ensemble en école de commerce à l’ESSEC. Aliénor a ensuite travaillé pendant 5 ans pour la stratégie commerciale dans le secteur mode chez Hermès et LVMH et Anne-Sophie a travaillé 4 ans chez L’Oréal dans les cosmétiques, dans le pôle marketing.

Ensemble, nous avons lancé Nêge Paris , une nouvelle marque dédiée au pyjama, entièrement co-créée sur Instagram, et engagée pour une mode plus respectueuse.”

femme robe rouge Nêge

Comment et pourquoi avoir lancé Nêge ?

“Nous voulions lancer un projet entrepreneurial en adéquation avec des valeurs qui nous tenaient à cœur : la transparence, le partage, l’engagement environnemental et le bien-être.

Alors après avoir passé notre année 2020 en pyjama avec les confinements et le télétravail, nous avons décidé de réenchanter le pyjama féminin. Un pyjama à porter de nuit, comme de jour. En intérieur, comme en extérieur.”

Pensez-vous à prendre soin de votre bien-être mental au quotidien ? Quelles sont vos habitudes bien-être ?

“Lorsqu’on est entrepreneur, il faut s’autoriser à souffler, décompresser et trouver son équilibre, c’est essentiel. On ne peut pas toujours être à 1000%, et heureusement.

Aliénor adore être dehors, elle marche beaucoup. Ça lui permet de s’évader et de se libérer l’esprit, c’est important quand on monte son entreprise. Quand elle a l’impression d’être moins créative, elle prend 10 minutes pour faire complètement autre chose (trier ses affaires, ranger son appartement…). Seulement 10 minutes, et ça repart.

Pour Anne-Sophie, le bien-être mental passe notamment par la qualité du sommeil, car elle a de nombreux problèmes de sommeil depuis toute petite. Faire du sport régulièrement, éteindre tous les écrans au moins 2h avant de s’endormir et lire des livres apaisants, qui soulèvent peu d’émotions.

On s’oblige aussi à faire des pauses ensemble, comme par exemple une séance de sport HIIT toutes les deux le mardi.”

Alienor et Anne-Sophie de nêge

Avez-vous des astuces pour gérer votre charge mentale ?

“Pour Anne-Sophie, c’est courir régulièrement pour s’aérer l’esprit et oublier tous les petits tracas du quotidien. Il faut aussi s’accorder des petits moments de folie pour décompresser : mettre de la musique très (très) fort et se mettre à danser. Ça permet d’oublier qu’on travaille depuis son petit appartement parisien !

Pour Aliénor, c’est chaque soir, juste avant d’aller se coucher, se lister sur un carnet tout ce qu’il y a à faire le lendemain. La petite astuce pour commencer la journée sereinement et du bon pied.

Mais c’est surtout se rappeler qu’on a la chance d’être entrepreneuses et pouvoir organiser notre journée comme on l’entend.”

Quelle a été l'expérience la plus difficile depuis votre lancement et comment avez-vous fait pour garder le moral et y faire face ?

“La plus grosse frayeur qu’on ait eue, c’est l’annulation de notre shooting au dernier moment, car on n’a pas reçu les prototypes de nos pyjamas à temps.

On a dû se forcer à être très réactives car on a dû retrouver un lieu, une photographe, une vidéaste, des mannequins… On avait même invité 8 femmes de notre communauté instagram à participer au shooting. Toute une organisation !

Ce que ça nous a appris, c’est qu’il faut toujours essayer de trouver du positif dans ce que l’on fait. Pour le tournage par exemple, on a finalement trouvé un lieu encore mieux que celui prévu initialement, grâce au changement de date.

On a la chance d’être deux, et de soutenir à fond. Quand l’une à un moment de “down”, l’autre est toujours là pour apporter du positif et de l’optimisme. Et ça, c’est quelque chose qu’on n’échangerait pour rien au monde.”

Le syndrome de l'imposteur, y êtes vous confrontés en tant qu'entrepreneuses ? Quelles sont vos astuces pour y faire face ?

“On est fières de s’être lancées dans l’entrepreneuriat, mais on a bien sûr des moments de doutes. C’est normal, il faut les accepter.

Pour éviter le syndrome de l’imposteur, on célèbre plein de petites choses entre nous : le 1er anniversaire de Nêge, notre première vente, notre première parution dans la presse… Certaines pourraient apparaître anodines, mais il n’y a pas de petite victoire !”

Quelles sont les activités ou astuces que vous faites pour vous apaiser le soir ?

“Pour Aliénor ce sont de rapides séances de méditation de 10 minutes avec des applications dédiées comme Petit Bambou. Idéal pour déconnecter, et profiter pleinement de sa soirée.

Pour Anne-Sophie, c’est faire un exercice très simple de respiration et de visualisation. Allongez-vous dans votre lit, les yeux fermés. Inspirez par le nez sur 4 temps, bloquez votre respiration sur 4 temps puis expirez sur 8 temps par la bouche. Répétez cela 3 fois, et imaginez-vous en même temps dans une situation où vous vous sentez très libre. Pour Anne-Sophie, c’est dans un champ en pleine nature.

A votre tour ce soir !”

Parfaite pour s'apaiser

Découvrez notre huile bonne nuit

Une routine cocooning 100% Nêge ?

“Se blottir dans un pyjama éco-responsable tout doux, attraper un bon bouquin et boire une tisane au tilleul et à la mûre. La petite astuce ultra-cocooning ? Glisser 2 gouttes d’huile essentielle de lavande dans votre infusion : un pur moment d’apaisement !”

Votre expert

Anne-Sophie et Aliénor
Nêge


L'Hypnose Ericksonienne : comment ça marche ?

Nous avons interrogé Lucille, notre experte Mindology sur l'hypnose Ericksonienne :

L’hypnose Ericksonienne – les conseils de notre experte Lucille

Quels sont les effets de l’hypnose ?

Le recours à l’hypnothérapie permet de soigner les troubles anxieux, de stress et de sommeil. Les effets de l’hypnose procurent relaxation, détente et apaisement.

Essayez l'hypnose !

L’hypnose est une thérapie qui utilise la relaxation, la concentration extrême et une attention intense. Découvrez l’hypnose avec nos séances découvertes, accessibles à tous les membres Mindology.

Devenir membre gratuitement

D'où vient ta passion pour l'hypnose ?

“Ça a commencé le jour où j’en ai fait en tant que patiente. L’hypnose a été une révélation et a changé tellement de choses en moi. J’ai réussi à me libérer de blocages qui étaient ancrés depuis bien longtemps. Quand je réfléchissais à ce que je voulais faire dans la vie, tout ce que je savais c’était que je voulais être utile et permettre aux autres de se sentir mieux dans leur quotidien. Et un jour j’ai décidé de me lancer. J’ai arrêté la formation que je faisais à ce moment là (qui ne m’intéressait pas) pour devenir hypnothérapeute. Je me suis inscrite à l’IFHE et dès le premier jour j’ai compris que j’étais au bon endroit !”

3 raisons d'allier le CBD à sa séance d'hypnose :

Ericksonnienne ça veut dire quoi ?

“On parle d’hypnose Ericksonienne car c’est Milton Erickson qui l’a développée.
Il s’agit d’une hypnose dissociante qui permet au patient d’atteindre un état de conscience modifiée. Et ainsi, accéder aux ressources nécessaires pour mettre en place les changements souhaités.”
D’autres formes d’hypnose sont nées de cette pratique.

  • Avant la séance : aider son corps à se détendre
  • Pendant la séance : faciliter l'ancrage
  • Après la séance : prolonger les bienfaits

En quoi l’hypnose soulage l’anxiété, le stress, et les troubles du sommeil ?

“L’hypnose permet de soulager tous les maux de l’esprit ! Même certains maux physiques. On traite la cause du « problème » grâce à l’hypnose, ce qui permet de se libérer des conséquences !”

L'état d’hypnose c’est quoi ?

“L’état d’hypnose, c’est cet état où la personne est en totale présence avec elle même, où l’inconscient est pleinement réveillé et attentif. Et c’est cet état qui permet de reprogrammer les habitudes, et les automatismes que la personne souhaite changer.”

Quels sont les bienfaits d’une cure de CBD combinée à de l’hypnose ?

“Le CBD est un allié du bien-être. Il vous permet d’être plus détendu et serein. Combiné à des séances d’hypnose, c’est l’association idéale pour vous permettre de retrouver une sérénité d’esprit. De plus l’hypnose étant une pratique que l’on peut appréhender, un peu de CBD pour se détendre avant les premières séances peut être une bonne option !”

L'huile idéale avec une séance d'hypnose

Mindology_HuileBonneNuit_CBD_stress_sommeil_insomnie
Découvrir l'huile Bonne nuit

Votre experte

Lucille Mbott
Maître en Hypnose Ericksonienne


Portrait de Claire Petin, psychologue clinicienne à Paris et spécialiste de la santé au travail

S'ennuyer au travail : qu'est-ce que le bore-out ?

“S’ennuyer à mourir, “tuer le temps”… Il peut arriver de s’ennuyer dans le travail mais quand cela devient chronique, le bore-out peut survenir et provoquer une grande souffrance chez l’individu qui en est la victime.

Phénomène moins médiatisé que le burn-out, les conséquences de l’absence de travail prolongé sont pourtant tout aussi délétères. Quand il y a un déséquilibre entre le temps passé au travail, la stimulation intellectuelle et le sentiment d’utilité, les sphères affectives, cognitives et comportementales de l’individu se trouvent mises à mal.

Entretien avec Claire Petin, psychologue clinicienne et psychothérapeute à Paris

Bore-out

Les conseils de nos experts du sommeil pour apaiser les ruminations mentales, les réveils nocturnes et retrouver de l’apaisement

Découvrir nos experts

1. Peux-tu présenter en quelques mots
ton métier de psychologue clinicienne ?

“Psychologue clinicienne et psychothérapeute, je reçois à mon cabinet des patients adultes pour des consultations individuelles ou en couple, ponctuelles ou régulières. J’interviens autour des problématiques liées aux difficultés de la vie personnelle ou professionnelle. Au fil de ma pratique, de mes rencontres et en m’appuyant sur mes expériences personnelles et professionnelles (j’ai travaillé dans le marketing et la communication), c’est tout naturellement que je me suis orientée vers les problématiques liées au travail.

Avec comme outil la parole et comme méthode l’analyse de ce qui est communiqué en séance, il s’agit de repérer des signes et faire émerger certaines dynamiques inconscientes à l’œuvre qui maintiennent le patient dans un état de souffrance psychique et l’accompagner dans la compréhension de ses symptômes.

Je dis toujours qu’il ne s’agit pas de faire changer le patient mais de lui permettre de s’apprivoiser.”

De l'anglais
"to bore" : ennuyer, le "-out" a été rajouté par analogie
au burn-out.

2. Entrons dans le vif du sujet : le bore-out, qu’est-ce que c’est ?

“Le bore-out ou syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui est la phase finale du processus de stress lié à l’ennui chronique au travail.

De l’anglais “to bore” : ennuyer, le -out a été rajouté par analogie au burn-out. Ce syndrome a été conceptualisé en 2007 par deux consultants suisses en management, Peter Werder et Philippe Rothlin.

À ce jour, le bore-out n’est pas reconnu comme une maladie. Cela étant dit, d’un point de vue réglementaire, il est reconnu que “Si l’ennui au travail résulte d’une « mise au placard » délibérée, constitutive d’un harcèlement moral, la réglementation particulière en matière d’interdiction et de prévention de ces agissements hostiles s’applique (articles L. 1152-1 et suivants du Code du travail).”

Un même syndrome d’épuisement professionnel,
mais des causes differentes

Burn-out = surchage de travail
Bore-out = sous-charge de travail

3. Peux-tu nous dire quelle est la différence entre le burn-out et le bore-out ?

“Si les deux syndromes présentent une symptomatologie similaire, leurs causes diffèrent. Le burn-out est un syndrome d’épuisement professionnel par une surcharge de travail. Le bore-out est un syndrome d’épuisement professionnel par une sous-charge de travail.”

Signes

  • Ennui, lassitude
  • Anxiété

4. Quels sont les symptômes et les conséquences du bore-out ?

“À cause de cette usure par l’ennui et ce manque de stimulation psychique et physique, le salarié se lasse et se déprime et cela a des conséquences sur sa santé physique et mentale. Une étude a montré que les salariés qui s’ennuient au travail ont 2,5 fois plus de risques de faire un AVC que ceux qui ont un emploi stimulant (étude réalisée en 2010 en Angleterre portant sur 7500 employés du service public). Par ailleurs, parce que le stress a pour effet d’affaiblir le système immunitaire, le développement de certaines pathologies peut advenir.

Troubles anxieux, dépression… le bore-out provoque une “dévitalisation” de l’individu. Au travail, on constate un ralentissement des tâches (celles-ci sont étirées dans le temps), un désengagement, une baisse des performances, de l’absentéisme et un repli sur soi. Une paralysie motivationnelle maintient le salarié dans une forme d’inertie par l’attente d’un changement venant de l’extérieur : il s’est enlisé dans l’épuisement par l’ennui.

Le bore-out s’installe de manière insidieuse dans le temps et ses symptômes sont aussi bien psychiques que physiques et varient d’une personne à l’autre. Il est important de prêter attention à ses signes annonciateurs.

5. Si le burn-out et le bore-out présentent les mêmes symptômes, qu’est-ce qui cause le bore-out ?

Le bore-out peut survenir si, sur une longue période, le salarié est confronté à une sous-charge de travail, des activités répétitives, ennuyeuses et sans intérêt, associées à une perte de sens.

Selon l’INRS,(Institut national de recherche et de sécurité) il y aurait trois causes à l’origine du bore-out :

l’organisation du travail : la manière dont est répartie la charge de travail
le savoir-faire : l’adaptation des tâches confiées en fonction des compétences du salarié
les motivations : l’adéquation entre les aspirations du salarié et les réponses apportées à celles-ci par le travail.
Ces causes sont à mettre en relation avec l’histoire personnelle du salarié, ses valeurs, ses idéaux. Ainsi, les mêmes causes n’ont pas les mêmes effets en fonction des individus.

Le bore-out peut également être causé par une “mise au placard” : le poste est vidé de son contenu et le salarié est poussé vers la sortie.

6. À qui peut-on parler si on pense être en bore-out ?

Par crainte du regard social et par honte, le salarié tente de cacher son état car même s’il s’ennuie, dans une société où le taux de chômage reste élevé et où l’identité professionnelle conditionne grandement l’insertion sociale, il ne se sent pas légitime à se plaindre de son ennui. Il n’est donc pas facile pour lui de parler de ce mal-être. Cette difficile communication renforce l’auto-jugement dépréciateur, la dévalorisation et le repli sur soi du salarié.

Il ne faut pourtant pas rester seul.e. et faire connaître sa situation.

Se confier à ses proches, solliciter sa hiérarchie, ses collègues, les ressources humaines afin d’agir sur l’amélioration des conditions de travail en essayant notamment de réorganiser le travail et de retrouver une stimulation intellectuelle.

Il est également recommandé de se faire accompagner par des professionnels de la santé que ce soit son médecin généraliste, du travail ou spécialiste de la santé mentale (psychologue, psychiatre). Un traitement médicamenteux, un soutien psychologique et/ou un arrêt de travail peuvent être nécessaires.

Si les conditions de travail ne s’améliorent pas, il peut être opportun d’envisager de changer de poste ou de penser à une reconversion professionnelle.

Il n’y a pas que le travail dans la vie et il est important de remettre en perspective la place de celui-ci et d’investir tout autant, si ce n’est plus, ce qui donne du sens à sa vie personnelle.

Merci à Claire Petin pour la rédaction de cet article. Psychologue clinicienne et psychothérapeute, elle exerce dans son cabinet à Paris dans le 15ème arrondissement.

Sources

Bataille S., « Le bore-out, nouveau risque psychosocial ?
Quand s’ennuyer au travail devient douloureux », INRS, 2016

Britton A., Shipley M.J. « Bored to death? », Int J Epidemiol,
2010, 39(2), p. 370-371.

LE BORE-OUT ou l’ennui au travail : démêler le vrai du faux,
Hygiène & Sécurité du travail, p.6-9, n°247, juin 2017

Rothlin P., Werder P. R., Diagnose Bore-out, Heidelber,
Redline-Wirtschaft, 2007

Votre expert

Claire Pétin
Psychologue clinicienne

Contact