photo de l'huile et de l'infusion bonne nuit sur un fond signé truch illustration

CBD et insomnie : quels bienfaits ?

La qualité de notre sommeil a un impact direct sur notre condition physique, notre santé mentale et in fine sur le déroulement de nos journées. Or, lorsque des insomnies et autres troubles du sommeil font leur apparition, le quotidien peut s’en trouver rapidement bouleversé.

Comment peut être définie l’insomnie ?
La consommation de CBD est-elle efficace pour lutter contre les insomnies et autres troubles du sommeil ?
Comment consommer du CBD pour y parvenir ?

Voici tout ce qu’il faut savoir sur le sujet du CBD face à l’insomnie, ses bienfaits, ses limites, ainsi que les modes de consommation qui s’offrent à vous.

Définition de l’insomnie et des troubles du sommeil

L’insomnie fait partie de la catégorie des troubles du sommeil, au même titre que l’apnée du sommeil, la paralysie du sommeil ou encore les cauchemars. L’INSERM pose une définition claire de l’insomnie, en la qualifiant d’insuffisance du sommeil en quantité et en qualité.

Selon le Baromètre Santé Publique France de 2017, pas moins de la moitié des personnes âgées de 18 à 75 ans seraient sujettes à des problèmes d’endormissement et à des insomnies. Autre exemple avec cette étude de 2008 relevant que près de 45 % des 25-45 ans souffrent de troubles du sommeil plus ou moins graves, résultant en une dette de sommeil en constante progression.

Quel lien entre CBD et insomnie ?

Chaque être humain est doté de ce que l’on appelle un système endocannabinoïde. Or, c’est précisément en interagissant avec ce dernier que le CBD est en mesure d’influencer notre organisme, y compris pour lutter contre les insomnies et autres types de troubles du sommeil.

Cela est rendu possible grâce aux interactions des molécules de cannabidiol avec les récepteurs CB1 et CB2 du système endocannabinoïde, des récepteurs répartis dans l’intégralité de notre corps jusqu’à notre cerveau et notre système nerveux central. À partir de là, la consommation de CBD permet de stimuler la production de sérotonine (l’hormone du bonheur), tout en réduisant celle de cortisol (l’hormone du stress).

Or, le stress et l’insomnie sont fortement corrélés. La grande majorité des insomnies sont dues à un niveau de stress et d’anxiété particulièrement élevés, provoquant tant des problèmes d’endormissement qu’un sommeil agité allant jusqu’à l’insomnie. Le lendemain, vous démarrez la journée en étant d’ores et déjà épuisé, vous accumulez de la fatigue passive, et le soir venu il est encore plus complexe de s’endormir et de dormir paisiblement. Un cercle vicieux se crée alors.

N’hésitez pas à consulter nos astuces pour mieux gérer stress et anxiété. Pour le moment, intéressons-nous tout d’abord à l’efficacité du CBD face à l’insomnie !

1er bienfait - Diminution du stress et de l’anxiété

Un niveau élevé de stress et d’anxiété provoque inéluctablement des troubles du sommeil, dont des insomnies. Or, c’est justement sur ce point que le CBD révèle tout son potentiel grâce à son effet anti-stress confirmé par l’ensemble de ses consommateurs.

Le CBD aurait ainsi des effets performants et insoupçonnés sur l’anxiété. En réduisant le taux de cortisol dans le sang tout en stimulant la production de sérotonine, le CBD s’illustre comme un allié de taille pour progressivement gommer les ressentis anxieux et les remplacer par une sensation générale de bien-être.

Que vous souffriez de stress léger ou d’anxiété généralisée, le CBD constitue ainsi un choix de qualité pour vous apaiser simplement et efficacement. Il vous suffit d’adopter le bon dosage de CBD, et vous pourrez rapidement retrouver un équilibre mentale appréciable. Or, plus vous serez apaisé et détendu, plus l’endormissement du soir sera facilité, sans oublier le caractère réparateur de vos nuits qui en sera sensiblement amélioré.

2e bienfait - Optimisation du temps de sommeil profond

Les insomnies se caractérisent en partie par l’irrégularité et l’instabilité du sommeil. En d’autres termes, votre organisme ne parvient pas à atteindre la phase profonde du sommeil, ou du moins cette dernière est très courte.

La consommation de CBD, qu’elle soit ponctuelle ou régulière, permettrait de réduire l’anxiété mais également de prolonger la phase de sommeil profond jouant un rôle sur le caractère réparateur de nos nuits, tout en réduisant la phase de sommeil paradoxal durant laquelle insomnies, cauchemars et autres troubles du sommeil ont généralement lieu.

3e bienfait - Réduction des symptômes de l’apnée du sommeil

Enfin, abordons le sujet de l’apnée du sommeil. Il s’agit d’un trouble du sommeil distinct de l’insomnie mais dont les symptômes peuvent être reliés.

Le nerf vague est responsable de nos sensations de respiration. Dès lors que son fonctionnement est perturbé, la respiration en est altérée, ce qui conduit à l’apnée du sommeil. Le CBD ne permet pas de soigner l’apnée du sommeil, toutefois, en soulageant le nerf vague, il parviendrait à en diminuer significativement les symptômes et à améliorer la qualité du sommeil.

Si vous avez été diagnostiqué ou que vous soupçonnez une apnée du sommeil, nous vous recommandons d’aller consulter un médecin généraliste ou un spécialiste pour obtenir un traitement adapté.

Comment consommer du CBD pour lutter contre l’insomnie ?

Si vous souffrez d’insomnie et que vous envisagez de consommer du CBD pour en venir à bout, il faut savoir que différents modes de consommation sont possibles.

Nos cures à base d’huiles de CBD se révèlent particulièrement efficaces en la matière. Notre huile CBD Bon Courage est facile à utiliser au quotidien, aussi bien par voie sublinguale, par ingestion orale qu’en étant incorporée à vos boissons et plats du quotidien. Elle permet de diminuer le stress quotidien afin d’être dans un parfait état de relaxation une fois le soir venu.

Autre exemple avec notre infusion Bonne Nuit, quant à elle destinée à une consommation en soirée. En buvant cette infusion à base de cannabidiol quelques heures avant de vous coucher, vous parviendrez à vous relaxer de manière naturelle. Près de 61% des consommateurs ressentent un sommeil de meilleure qualité au bout d’une semaine de cure de CBD, et 71% d’entre eux observent une amélioration de leur bien-être global.

Et surtout on vous conseille de limiter le café. Plus besoin de café quand le CBD vous aide à lutter contre la fatigue naturellement. Nos astuces pour réduire la caféine et mieux dormir sont par ici !

Sources

  • INSERM – Insomnie
  • SANTE PUBLIQUE FRANCE – Baromètre 2017, Le temps de sommeil, la dette de sommeil, la restriction de sommeil et l’insomnie chronique des 18-75 ans
  • SANTE PUBLIQUE FRANCE – Les Français en manque de sommeil
  • BUSINESS WIRE/RADICLE SCIENCE – Effectiveness of CBD Products

MINDOLOGY_infusion_equipe_cbd

Votre expert

L’équipe
Mindology


Femme âgée tenant les huiles de CBD mindology

Insomnie et ménopause : quels traitements naturels ?

Vous n’avez jamais connu de problèmes de sommeil et voilà que l’arrivée de la ménopause provoque chez vous des difficultés d’endormissement et vous oblige à vous réveiller constamment la nuit. Effectivement, cette nouvelle période de la vie, marquée par l’arrêt de la production d’hormones sexuelles, impacte le sommeil de nombreuses femmes. Beaucoup d’entre vous voient même leurs troubles du sommeil s’intensifier.

Pourtant, ce n’est pas une fatalité. Des solutions existent et des traitements naturels sont disponibles. Chez Mindology, nous vous partageons tous nos conseils et nos astuces pour retrouver un sommeil de qualité après la ménopause.

Ménopause : des remèdes contre l’insomnie existent !

Qu’est-ce que la ménopause ?

Phase de la vie spécifique aux femmes, la ménopause s’accompagne souvent de nouvelles difficultés. Mais, qu’est-ce que la ménopause ? À quoi sert-elle ? Quels sont les premiers signes d’apparition de la ménopause ? Comment faire face aux symptômes indésirables ?

    • Ménopause et périménopause : explications

La ménopause correspond à une période de la vie des femmes durant laquelle l’ovulation s’arrête et les règles disparaissent. C’est un phénomène totalement naturel et inévitable. Généralement, cette période intervient chez les femmes âgées d’une cinquantaine d’années. La ménopause s’installe, pour la majorité des femmes, entre 45 ans et 55 ans. Vous pouvez vous considérer comme ménopausée lorsque vous n’avez pas eu vos règles depuis plus d’une année.

Avant la ménopause, on parle d’une période de préménopause ou de périménopause. D’une durée de 2 à 4 ans, la périménopause est marquée par des cycles menstruels irréguliers et par l’apparition de symptômes physiques et psychologiques plutôt désagréables. Bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, irritabilité, diminution de la libido, troubles du sommeil, etc. sont à compter parmi les symptômes de la périménopause. Ces symptômes sont la conséquence d’une diminution de la sécrétion de progestérone.

    • Pourquoi est-ce que la ménopause survient ?

L’installation de la ménopause débute par une diminution de la production de progestérone. À la naissance, chaque femme dispose d’un stock limité de follicules ovariens, les cellules présentent dans les ovaires. Ce stock finit donc un jour par s’épuiser. Lorsqu’il n’y a plus de follicules ovariens, l’ovulation s’arrête. La production de progestérone diminue puis à son tour celle des oestrogènes. La ménopause est installée lorsque le corps ne sécrète plus du tout d’oestrogènes.

Pour ne plus subir vos insomnies

Essayez notre huile Bonne nuit

80% des femmes présentent, au moment de la ménopause, un symptôme autre que le simple arrêt des règles

Pourquoi dort-on mal après la ménopause ?

Les troubles du sommeil sont un des symptômes majeurs de la ménopause. Pourquoi ? Comment retrouver un sommeil profond et réparateur après la ménopause ?

    • Quels sont les symptômes de la ménopause ?

Au-delà du simple arrêt des menstruations, la ménopause s’accompagne souvent de symptômes physiques et psychologiques. On parle alors de troubles climatériques. Selon l’INSERM, 80% des femmes présentent, au moment de la ménopause, un symptôme autre que le simple arrêt des règles.

Ces troubles, mais aussi leur durée et leur intensité varie d’une femme à l’autre. Certains symptômes sont passagers tandis que d’autres peuvent s’installer durablement.

En plus de ces symptômes, des pathologies peuvent se développer en lien avec la diminution des oestrogènes. Les oestrogènes jouent un rôle important dans le processus biologique de la reproduction mais pas que. Ils sont essentiels pour le développement du système nerveux, la bonne santé du système cardiovasculaire et la régulation de l’organisme. Les femmes ménopausées sont donc plus à risque de développer des maladies cardiovasculaires ou une ostéoporose. N’hésitez donc pas à consulter régulièrement votre médecin pour prévenir ces risques.

    • Comment expliquer les problèmes de sommeil à la ménopause ?

Avec l’âge, le sommeil tend à se dégrader en qualité et en quantité. Dans L’Information psychiatrique, V.H. Nguyen-Michel, X.Y. Lâm et C. Sebban distinguent 4 explications à la dégradation du sommeil liée au vieillissement.

1. Des causes physiologiques
En vieillissant, le sommeil profond diminue au profit d’un sommeil plus léger et plus court. Cela est dû aux modifications physiologiques qui apparaissent avec l’âge. Par exemple, la sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil, diminue tandis que celle du cortisol, l’hormone du stress, augmente.
Chez les femmes, on constate également une baisse de la production de progestérones et d’oestrogènes. La progestérone influe sur la régulation de l’humeur et favorise la détente. Si les taux de progestérone diminuent, comme c’est le cas à la ménopause, alors le sommeil s’en voit affecté. L’oestrogène est lui impliqué dans l’homéostasie. Cela signifie que cette hormone participe notamment à la régulation de la température corporelle. Une diminution de la sécrétion d’oestrogènes peut donc favoriser les suées nocturnes et les bouffées de chaleur et ainsi provoquer des insomnies et des réveils nocturnes.

2. Des facteurs externes
Mais des changements non physiologiques peuvent également expliquer l’apparition de troubles du sommeil. L’isolement induit par l’abandon de certaines activités sociales, la perte d’un proche ou une plus faible exposition à la lumière du soleil sont des facteurs externes qui peuvent nuire au sommeil.

3. Certaines pathologies
Aussi, certaines pathologies liées à l’âge peuvent dégrader la qualité du sommeil. Les douleurs chroniques, les troubles gastro-intestinaux ou encore la maladie de Parkinson sont autant de commorbidités qui jouent négativement sur le sommeil.

4. La prise de médicaments
Enfin, la prise de certains médicaments peut s’accompagner de difficultés d’endormissement et dégrader la qualité du sommeil.

Les symptômes de la ménopause :

  • Diminution de la libido
  • Sécheresse vaginale
  • Bouffées de chaleur
  • Troubles du sommeil
  • Douleurs articulaires
  • Troubles urinaires
  • Sueurs nocturnes
  • Maux de tête
  • Irritabilité
  • Fatigue

Pourquoi le sommeil se dégrade avec l’âge ?

  • des modifications physiologiques : changements hormonaux, etc.
  • des facteurs externes : isolement, retraite, etc.
  • des médicaments : benzodiazépines, etc.
  • des maladies : douleurs chroniques, etc.

Comment retrouver le sommeil ?

Pour retrouver un sommeil profond et de qualité, adopter certaines nouvelles habitudes est parfois nécessaire.

    • Repenser son hygiène de vie

Le sport et l’alimentation sont deux composantes essentielles d’une bonne hygiène de vie mais aussi d’une bonne hygiène de sommeil.

1. L’alimentation
Une mauvaise alimentation peut nuire considérablement à la qualité de votre sommeil. Pour optimiser votre alimentation de façon à retrouver un sommeil réparateur il vous suffit de suivre ces quelques conseils :

  • privilégiez les aliments riches en tryptophane : riz complet, oeufs, produits laitiers, poissons, etc.
  • veillez à votre consommation d’aliments excitants : café, thé, viandes rouges, etc.
  • limiter les sucres rapides le soir : gâteaux industriels, soda, etc.
  • éviter les repas trop gras : charcuteries, plats en sauce, etc.

2. L’activité physique
Réduction de l’anxiété, sommeil de qualité, sensation de bien-être, ralentissement de la perte de densité osseuse, etc. : les bienfaits de l’activité physique sont nombreux !

Face aux troubles de l’humeur et aux modifications physiques induites par la ménopause, le sport est d’autant plus important. Bouger et pratiquer une activité physique permet de réduire les risques de maladies cardiovasculaires et d’ostéoporose.
Aussi, en libérant de la dopamine et des endorphines, le sport réduit le stress et favorise le bien-être. Cela impacte positivement et de façon indirecte notre sommeil. Effectivement, le stress et l’anxiété sont des effets secondaires importants de la ménopause et expliquent la plupart des insomnies. Une étude parue en 2020 dans la revue Menopause montre que les femmes ménopausées sont, du fait de la baisse d’hormones, plus à risque de souffrir de troubles psychologiques tels que la dépression et l’anxiété. Pour les 485 femmes étudiées en phase de périménopause, la dépression et l’anxiété sont les deux symptômes les plus fréquents.

    • Adopter une routine sommeil

Mettre en place un rituel de coucher peut, au moment de la ménopause, s’avérer nécessaire. Comme pour les bébés, il s’agit d’une phase de préparation à l’endormissement durant laquelle on va répéter les mêmes actions, chaque jour et à heures régulières.
Pour respecter le rythme circadien, c’est-à-dire l’horloge interne de notre corps, il est important d’essayer au maximum de se coucher et de se lever tous les jours à la même heure. Il est également conseillé de ne pas regarder les écrans avant de se coucher. La lumière artificielle bouleverse notre horloge biologique en envoyant aux récepteurs de notre rétine un mauvais signal : le signal du jour et non de la nuit. Si vous aimez lire, privilégiez donc la lecture de votre roman préféré avant le coucher.

Aussi, veillez à l’environnement dans lequel vous dormez. Celui-ci doit être propice au sommeil. Votre chambre à coucher doit être un lieu calme, plongé dans une obscurité totale et relativement frais. Il est conseillé de régler la température de votre chambre autour de 18°C. Au moment de la ménopause, il peut être judicieux de baisser encore davantage cette température en cas de suées nocturnes.

Enfin, vous pouvez intégrer à votre routine quelques gouttes de notre huile Bonne nuit ainsi qu’une tasse de notre infusion Bonne nuit.

Comment mettre fin aux insomnies ?

Découvrez tous nos conseils et explications
    • Se faire accompagner

L’accompagnement par un professionnel durant la phase de pré-ménopause mais aussi une fois la ménopause installée peut grandement vous aider à faire face à cette nouvelle période de votre vie.

La naturopathie par exemple, vise à assurer l’équilibre de l’organisme et à permettre à notre corps de s’auto-guérir par des moyens naturels. L’objectif est de devenir acteur de sa santé en agissant sur son alimentation et son hygiène de vie globale (sport, sommeil, etc).

Vous pouvez aussi consulter un hypnothérapeute ou un sophrologue qui vous donneront les clés pour vous détendre et vous relaxer. Certaines techniques telles que le scan corporel ou la respiration en 4 temps peuvent être très efficaces pour soulager le stress et favoriser l’endormissement.

Il est aussi très important, une fois la ménopause installée, de vous faire suivre régulièrement par votre médecin traitant ou votre gynécologue. Effectuer, au moins une fois par an, un bilan de santé complet est essentiel. Suivre vos changements de poids, de taille, de pression artérielle et réaliser un bilan sanguin permet de prévenir et de dépister à temps certaines anomalies.

Pour vivre au mieux la ménopause

Venez essayer notre huile Bonne nuit

Quels remèdes contre les insomnies ?

    • Quelques astuces pour limiter les bouffées de chaleur

Pour réguler votre température corporelle vous pouvez vous habiller léger, baisser la température de votre lieu de vie, boire de l’eau bien fraîche et éviter les plats trop chauds ou épicés. Privilégiez également les matières en coton qui sont plus respirantes et légères.
Il est aussi important de réguler votre niveau de stress en prenant du temps pour vous ou en pratiquant la méditation par exemple.

    • Le CBD : votre allié contre les insomnies

Le CBD, pris sous forme de cure, peut aider à limiter les insomnies. Nous vous conseillons de placer, chaque soir, 5 à 10 gouttes de notre huile Bonne nuit sous votre langue. Patientez ensuite une trentaine de secondes et avalez.
Le dessous de votre langue, est un endroit du corps très capillarisé. Cela signifie que le CBD placé à cet endroit atteint rapidement les vaisseaux sanguins et est donc très bien assimilé par le corps.

Le CBD pour dormir : comment ça marche ?

    • Une solution contre l’anxiété…

L’action du CBD se concentre sur le système nerveux. Le CBD parvient à soulager l’anxiété et à réguler nos émotions en agissant notamment au sein du système endocannabinoïde.
Mais, qu’est-ce que le système endocannabinoïde ? Il s’agit d’un des systèmes les plus importants de notre corps car il participe au maintien de l’équilibre de celui-ci. Pour comprendre plus précisément comment fonctionne le système endocannabinoïde consulter notre article sur le système endocannabinoïde.

Placer quelques gouttes d’huile de CBD sous votre langue peut donc être une solution pour limiter l’anxiété, le stress et les troubles de l’humeur favorisés par la ménopause.

Qu'est-ce que le système endocannabinoïde ?

Découvrez toutes nos explications
    • … pour en finir avec les insomnies

C’est cette action du CBD sur notre système nerveux qui permet de soulager l’insomnie. L’anxiété et le stress sont souvent les deux causes majeures des problèmes de sommeil. Les troubles de l’humeur peuvent induire des difficultés d’endormissement, des réveils nocturnes, des réveils précoces, etc.

Composée de mélisse, d’huile de noisette et de CBD Broad spectrum (sans THC), notre huile Bonne nuit soulage la nervosité, l’anxiété et le stress, régule les cycles du sommeil et aide à l’endormissement. Un bon moyen donc pour calmer vos insomnies liées à la ménopause !

La ménopause est souvent une période compliquée dans la vie des femmes. Néanmoins, des solutions existent pour vivre cette période au mieux et s’adapter sereinement. 

 

Et vous, comment vivez-vous la ménopause ?

Sources

Ameli, ménopause : définition, symptômes et diagnostic

Ameli, périménopause : quels symptômes ?

Inserm

Institut national du sommeil et de la vigilance

Santé publique France

V.H. Nguyen-Michel, X.Y. Lâm et C. Sebban, “Le sommeil et ses troubles chez le sujet âgé”, L’Information psychiatrique, 2010

Kevser Ozdemir et al, “Depression, anxiety, and fear of death in postmenopausal women”, Menopause, 2020

Votre expert

L’équipe
Mindology


Photo de médicaments rouge et blanc à avaler

Vaincre l’insomnie sans médicament : c’est possible ?

Souvent, les médicaments sont la solution de dernier recours face aux troubles du sommeil. Seulement, même si les benzodiazépines sont efficaces, ces médicaments aux effets psychotropes possèdent de nombreux désavantages : contre-indications, effets secondaires néfastes, accoutumance, intéractions médicamenteuses, etc. Des solutions alternatives et naturelles seraient donc à privilégier.

Nous vous partageons nos conseils pour retrouver un sommeil profond et réparateur ainsi que des solutions concrètes à adopter sur la durée.

Troubles du sommeil : des traitements naturels existent

Lutter contre l'insomnie naturellement

Vous souffrez de troubles du sommeil depuis plusieurs mois, ou même années, s’endormir est pour vous un vrai calvaire et vous ne cessez de vous réveiller la nuit ? Rassurez-vous : plusieurs solutions et des traitements, plus ou moins naturels, existent pour vous aider à en finir avec vos insomnies.

Retrouver un sommeil profond et réparateur demande néanmoins une certaine implication personnelle. Souvent, les remèdes miracles contre l’insomnie ne sont pas vraiment ceux que l’on imagine. Bien qu’efficaces, les benzodiazépines (la molécule présente dans la plupart des anxiolytiques ou somnifères) possèdent de nombreux effets secondaires nuisibles pour notre santé, sur le long terme. Parfois, il est donc préférable de privilégier d’autres techniques telles que la médecine douce, le sport ou la mise en place d’habitudes routinières favorables au sommeil.

    • Que faire en cas d'insomnies ?

Avant de penser à vous pencher vers la prise de médicaments ou d’autres remèdes plus naturels, certaines actions et bonnes habitudes peuvent vous aider à retrouver le sommeil. Passer des nuits calmes et complètes repose souvent sur l’adoption d’un mode de vie sain et adapté et sur une bonne hygiène de sommeil.

L’hypnose et la sophrologie mais aussi la pratique d’une activité physique régulière ainsi que le respect de votre rythme circadien sont des solutions à envisager pour favoriser l’endormissement et limiter les réveils nocturnes.

Chez Mindology, nous avons construit pour vous un guide spécialement dédié aux insomnies. En parcourant notre article ici, vous comprendrez ce qu’est l’insomnie, parviendrez à déterminer si vous êtes ou non insomniaque et pourquoi et obtiendrez toutes les clés pour retrouver un sommeil de bébé et en finir avec vos insomnies.

5 habitudes à adopter contre l’insomnie :

  • Se lever et se coucher à heure fixe
  • Lâcher prise avec la méditation
  • Pratiquer une activité physique
  • S’éloigner des écrans le soir
  • Préparer des repas adaptés

Comment vaincre l'insomnie ?

Découvrez notre guide anti-insomnie

Pour mettre fin à vos insomnies

Découvrez notre huile bonne nuit
    • Que prendre en cas d'insomnies ?

Malgré toute la bonne volonté du monde, une routine et une hygiène de sommeil parfaite, certains d’entre nous restent sujets à des insomnies persistantes.

C’est à ce moment-là, que la question de la médication peut se poser. Vous êtes désespéré et ne parvenez pas à trouver les traitements efficaces qui répondront à vos troubles du sommeil. Vous vous rendez donc chez votre médecin qui, après avoir écarté d’autres pathologies possibles, vous prescrit des somnifères, aussi appelés benzodiazépines à visée hypnotique.

Pouvant être utilisés que temporairement, les benzodiazépines possèdent également de nombreux effets secondaires qui peuvent vous inciter à plutôt privilégier des solutions plus naturelles. De nombreuses plantes telles que la mélisse, le tilleul ou la verveine aident à favoriser l’endormissement. Aussi, il est possible de prendre de la mélatonine, l’hormone du sommeil, sous forme de comprimés afin de limiter les troubles nocturnes. Ces solutions, bien que naturelles, ont des effets tout de même limités pour traiter les troubles du sommeil d’intensité modérée à forte.

Le CBD, molécule apaisante issue du chanvre, possède de fortes propriétés apaisantes et anti-stress. Certifié comme très bien toléré et sans risque pour la santé par l’OMS, le CBD ne présente aucun effet d’accoutumance et d’addiction. Associant les bienfaits du CBD Broad spectrum à la mélisse et à l’huile de noisette, notre huile Bonne nuit apaise l’anxiété nocturne et peut ainsi vous aider à retrouver un sommeil profond et réparateur.

Les benzodiazépines : effets secondaires

    • Qu'est-ce que les benzodiazépines ?

Les benzodiazépines sont des médicaments psychotropes qui agissent sur l’activité cérébrale via le système nerveux. Ils favorisent la relaxation et produisent un effet de somnolence. Ils peuvent être notamment utilisés dans le traitement de l’anxiété ou de l’insomnie.

    • Des effets secondaires ?

Néanmoins, attention aux effets secondaires ! Parmi les effets secondaires indésirables, on recense : des troubles de la mémoire, des troubles de la vigilance, une altération des fonctions psychomotrices pouvant conduire à des chutes récurrentes, des troubles du comportement (cauchemars, nervosité, hallucinations, etc) et une tolérance accrue nécessitant l’augmentation du dosage.

À ces effets secondaires, s’ajoute un risque élevé de dépendance notamment favorisé par la durée du traitement, le dosage, les antécédents médicaux et l’utilisation simultanée de plusieurs benzodiazépines. Utilisés sur une trop longue durée, les benzodiazépines génèrent un effet d’addiction presque inévitable.

Aussi, il existe certaines contre-indications à la consommation des benzodiazépines ainsi que de possibles risques d’intéractions médicamenteuses. En 2013, selon l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), c’est presque la moitié des utilisateurs de benzodiazépines qui font face au risque potentiel d’apparition d’effets secondaires indésirables. Mais, pourquoi ? Car une grande proportion des utilisateurs de benzodiazépines présentent des contre-indications ou utilisent d’autres médicaments non compatibles avec les benzodiazépines. Vérifiez donc toujours, avec l’aide de votre médecin, que la consommation de benzodiazépines est sans risque majeur pour vous.

Enfin, l’âge peut être un facteur de risque aggravant lors de l’utilisation de benzodiazépines. Les personnes âgées sont davantage touchées par les effets secondaires indésirables de ces médicaments. Ce risque accru est dû aux modifications physiologiques liées au vieillissement. Les effets indésirables se concentrent surtout sur les facultés cognitives et psychomotrices des personnes âgées et engendrent par exemple, des troubles de la mémoire ou des chutes. Une étude, conduite en 2003, a montré que la consommation de benzodiazépines sur une longue durée et à un dosage supérieur à la dose recommandée était, pour les femmes âgées, associé à un risque élevé de dégradation des performances physiques. Cela a été confirmé par l’étude “The Canadian Study of Health and Aging” qui rend compte d’un lien potentiellement positif entre l’utilisation des benzodiazépines et le risque de chutes chez les personnes âgées.

Aussi, la consommation de benzodiazépines favoriserait, chez les personnes de plus de 65 ans, le développement de la maladie d’Alzheimer. Ce lien entre maladie d’Alzheimer et benzodiazépines a été mis en évidence en 2014 par une étude publiée dans le British Medical Journal.

    • Comment fonctionnent les benzodiazépines ?

Les benzodiazépines réduisent le sentiment d’angoisse en jouant sur l’activité de nos neurones. Ces médicaments sont capables de favoriser l’apaisement car ils agissent en particulier sur les neurones impliquées dans la gestion et l’expression des émotions. Leur action sur nos neurones se fait par l’intermédiaire du récepteur GABA, l’acide gamma-aminobutyrique.

Pour comprendre le fonctionnement des benzodiazépines, il est donc essentiel de comprendre ce qu’est le récepteur GABA. Il est le principal neurotransmetteur inhibiteur de notre cerveau, c’est-à-dire qu’il a pour rôle de réguler l’activité cérébrale. Un neurotransmetteur est une substance libérée par des neurones et qui agit en retour sur d’autres neurones.

Une fois ingérées, les benzodiazépines vont se fixer sur un site connexe au GABA et ainsi amplifier son action. Ces médicaments participent donc à diminuer encore davantage l’hyperactivité cérébrale qui est la cause du sentiment d’angoisse. Selon une étude de 2008, publiée dans la revue Sleep, les personnes souffrant d’insomnies présenteraient, par rapport à la normale, des niveaux de GABA inférieurs de 30%.

    • Pourquoi prendre des benzodiazépines ?

Les benzodiazépines sont efficaces pour lutter contre les troubles du sommeil seulement sur une courte durée. Ils ne sont donc pas conseillés en cas d’insomnies durables et sont à privilégier pour les insomnies transitoires liées à un problème spécifique clairement identifié. Le corps médical recommande une utilisation des benzodiazépines limitée à 4 semaines dans le traitement des troubles du sommeil.
Concernant les troubles anxieux, il est recommandé de ne pas dépasser une durée maximale de 12 semaines de traitement.

Au-delà de ces durées (4 semaines en cas de troubles du sommeil et 12 semaines en cas de troubles anxieux), le risque de dépendance physique et psychique s’accroît considérablement, rendant l’arrêt de la médication plus compliqué. Aussi, le système nerveux s’adapte et l’efficacité des benzodiazépines sur le traitement des troubles diminue.

Le besoin de recours aux benzodiazépines est donc limité à certains cas spécifiques. La médicamentation doit absolument s’accompagner d’un suivi par un médecin, d’un mode de vie adapté et compatible avec la prise de médicaments et s’effectuer sur une courte durée.

Les points négatifs des benzodiazépines :

  • Des risques d’intéractions médicamenteuses
  • Des effets secondaires indésirables
  • Des contre-indications nombreuses
  • Un risque élevé de dépendance

Anti-stress naturel

Afin de trouver les solutions adéquates à vos problèmes de sommeil, il est essentiel d’en déterminer les causes. Le plus souvent, l’anxiété est la cause principale de l’insomnie.

    • Qu'est-ce que l'anxiété ?

L’anxiété est une émotion désagréable (mais pas nécessairement négative) liée à la sensation de peur. Elle est tout à fait normale et permet de nous protéger face à un danger ou une situation inquiétante.

Néanmoins, elle peut parfois prendre une place trop importante et devenir totalement injustifiée. Dès lors, on parlera de troubles anxieux, générés par des anticipations négatives. C’est en cela que l’anxiété se distingue du stress. La sensation de stress est simplement une réaction physiologique face à un événement ou à une certaine situation. C’est une relation de cause à effet justifiée par l’environnement dans lequel on se trouve. À l’inverse, l’anxiété est la réaction à une anticipation négative d’un événement ou d’une situation qui n’a pas eu lieu et qui n’aura peut-être jamais lieu.

Si vous souffrez de troubles anxieux, vous vivez dans la peur constante et non justifiée qu’un problème ou un malheur se produise. L’anxiété peut revêtir différentes formes : anxiété sociale, anxiété généralisée, phobie, ruminations mentales, etc et générer différents symptômes tels que les troubles du sommeil.

    • L'anxiété : cause de vos insomnies

Bien que l’insomnie soit souvent multifactorielle, l’anxiété reste un des facteurs majeurs des troubles du sommeil. Votre cerveau est constamment en activité, vous ne cessez jamais de ruminer et ne parvenez pas à trouver le sommeil et à vivre des nuits réparatrices. Effectivement, les personnes anxieuses seraient 7 à 10 fois plus susceptibles de souffrir d’insomnies. Être constamment dans un état mental d’hypervigilance et d’hyperactivité est complètement incompatible avec le sommeil.

Si vous pensez trop et ruminez constamment et que cela impacte votre sommeil alors il est primordial de s’attaquer à la cause première de vos insomnies : l’anxiété.

Comment gérer son stress pour aller mieux ?

Nos conseils pour prendre soin de votre santé mentale

Retrouvez
nos experts

Ils vous accompagnent et vous proposent des solutions concrètes,
pour retrouver un sommeil de qualité et en finir avec les insomnies.

Un remède miracle contre l’insomnie ?

Chez Mindology, nous sommes convaincues qu’il est possible de résoudre ses problèmes de sommeil sans mettre en danger sa santé. Pour cela, nous avons choisi de développer des produits à base de CBD Broad spectrum ainsi qu’une solution complète d’accompagnement co-créée avec des professionnels de la médecine douce.

    • Le CBD contre l'insomnie

Nous avons notamment conçu pour vous l’huile Bonne nuit. Composée de 3 ingrédients d’origine naturelle, l’huile Bonne nuit permet faciliter l’endormissement et assure un sommeil réparateur.

  • La mélisse : cette plante est reconnue par plusieurs autorités sanitaires et notamment par l’OMS pour son efficacité sur les troubles du sommeil. La mélisse favorise l’endormissement, diminue le stress et contribue à l’apaisement.
  • L’huile de noisette : riche en oméga 3, l’huile de noisette prévient les risques de maladie cardiovasculaire et protège le système immunitaire grâce à sa concentration en vitamine E.
  • Le CBD Broad spectrum : totalement dépourvu de THC, notre CBD Broad spectrum apaise les ruminations mentales et l’anxiété, sans risque d’accoutumance et d’addiction.

Pourquoi privilégier le CBD ?

Garanti comme sûr et bien toléré par l’organisme, le CBD ne possède aucun effet secondaire indésirable et est sans risque d’accoutumance. Vous pouvez donc profiter pleinement de ses propriétés relaxantes sans vivre les effets néfastes des benzodiazépines.
Aussi, les contre-indications au CBD sont peu nombreuses. L’ingestion de CBD est déconseillé aux femmes enceintes et aux enfants.

Néanmoins, le CBD, comme toute autre solution, n’est pas un remède miracle. Nos huiles sont à intégrer dans une routine quotidienne favorable au sommeil. Elles peuvent s’associer à d’autres solutions et constituer une aide supplémentaire pour favoriser son sommeil.
Vous pouvez, par exemple, associer les bienfaits de notre huile Bonne nuit à des séances d’hypnose et de sophrologie guidées par les voix de nos experts Pauline Gonse et Thibault Gouttier.

    • Des techniques comportementales contre l'insomnie

Contrairement aux médicaments psychotropes, les techniques comportementales auraient démontré des bienfaits de long terme contre l’insomnie. Ces techniques consistent à modifier nos comportements, nos habitudes et nos schémas de pensée. Méditation, hypnose, sophrologie ou encore thérapie cognitive et comportementale peuvent constituer des aides précieuses pour retrouver un sommeil de qualité.
À vous de trouver la technique qui vous correspond !

Pour un sommeil réparateur

Quelques gouttes de l'huile bonne nuit

Vaincre l’insomnie sans médicament : c’est possible. Néanmoins, il n’existe malheureusement pas de solution miracle. L’essentiel est de trouver la ou les actions qui vous correspondent le mieux et qui sont les plus efficaces pour vous. CBD, yoga, méditation, sport, lecture, etc : qu’est-ce qui fonctionne le mieux pour vous ?

Sources

Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie

Gouvernement du Canada

Inserm

Michel Bourin, Faut-il encore utiliser les benzodiazépines ?, PSN, 2014

Sophie Billioti de Gage and al, “Benzodiazepine use and risk of Alzheimer’s disease : case-control study”, BMJ, 2014

Shelly L Gray and al, “Benzodiazepine Use and Physical Performance in Community-Dwelling Older Women”, Journal of the American Geriatrics Society, 2003

John W Winkelman and al, “Reduced brain GABA in primary insomnia : preliminary data from 4T proton magnetic resonance spectroscopy (1H – MRS)”, Sleep, 2008

Votre expert

L’équipe
Mindology


jeune femme dormant paisiblement dans un lit blanc

Insomnies : définition, causes et traitements

S’endormir est pour vous un vrai calvaire. Votre temps de sommeil se compte sur les doigts d’une main. Vous vous sentez constamment épuisé et vos relations personnelles et professionnelles en pâtissent. Rassurez-vous : cet article est fait pour vous !

En parcourant notre guide vous comprendrez enfin vos insomnies, en déterminerez les causes et mettrez en place des solutions concrètes pour retrouver un sommeil réparateur.

Nous vous proposons 5 étapes à mettre en œuvre progressivement pour retrouver un sommeil de bébé en un mois seulement !

Insomnie : que faire face aux troubles du sommeil ?

Insomnies

Les conseils de nos experts du sommeil pour apaiser les ruminations mentales, les réveils nocturnes et retrouver de l’apaisement

Découvrir nos experts

Les critères de diagnostic :

  • Durée d'endormissement supérieure à 30 minutes
  • Réveils nocturnes
  • Réveil matinal précoce
  • Durée totale du sommeil inférieure à 6.5 heures
  • Troubles du sommeil plus de 3 jours par semaine
  • Durée des troubles supérieures à 1 mois

L'insomnie est-elle héréditaire ?

Vous souffrez d’insomnies depuis plusieurs années et vous avez l’impression que jamais vous ne vous en débarrasserez ? Oui, l’insomnie est en partie héréditaire mais pas que !

Effectivement, certaines personnes sont plus sujettes aux troubles du sommeil que d’autres. Aujourd’hui, la communauté scientifique s’accorde pour dire que l’origine de l’insomnie est pour partie génétique et donc héréditaire.

Par exemple, Natalie Urfer-Maurer et al (2017) ont mis en évidence un lien entre la qualité et la durée du sommeil d’une mère et celui de ses enfants. Les enfants dont la mère souffre d’insomnies ont tendance à avoir un sommeil moins réparateur et de plus courte durée que la moyenne. L’insomnie maternelle serait donc un facteur prédisposant aux troubles du sommeil.

Au moins 57 régions de l’ADN sont associées à l’insomnie et 956 gènes potentiellement responsables du développement de ce trouble.

De plus, il existerait des facteurs génétiques partagés entre les troubles du sommeil et certaines maladies. Par exemple, le syndrome des jambes sans repos, la maladie coronarienne, la dépression et le bien-être mental possèdent une similitude génétique avec l’insomnie.

Mais, même si les facteurs étroitement liés à l’insomnie sont nombreux, ils ne sont pas pour autant définitifs et irrémédiables. Bonne nouvelle : des solutions existent pour s’en sortir. Suivez ce guide et vous retrouverez un sommeil de bébé !

Qu'est-ce que l'insomnie ?

Définie comme une « insuffisance de sommeil en quantité ou en qualité » (1), l’insomnie impacte le quotidien des personnes qui en souffrent.

Ce qui est pénible avec l’insomnie c’est qu’au-delà de gâcher nos nuits elle sabote aussi nos journées. Vous avez du mal à vous concentrer, vous vous sentez vaseux, contrôler vos émotions est compliqué et cela impacte votre vie quotidienne.

C’est normal : le sommeil est un besoin physiologique. Il est essentiel à votre récupération physique et psychologique.

Les signes qui prouvent que vous êtes insomniaque

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte pour déterminer si vous souffrez ou non d’insomnies. Le délai d’endormissement, le nombre et la durée des réveils nocturnes, la durée totale et l’efficacité du sommeil ainsi que la persistance de ces problèmes sont autant d’éléments permettant de distinguer l’insomnie des troubles de sommeil occasionnels. Si vous présentez au moins un des critères ci-dessous, vous pouvez considérer que vous souffrez d’insomnies.

Selon l’Inserm, 15% à 20% de la population française souffrirait d’insomnies. Presque 1 personne sur 4, en France, serait donc confrontée de façon régulière à des troubles du sommeil. Mais, pourquoi l’insomnie est-elle aussi répandue ? Quelles sont les causes de vos insomnies ?

Au moins 57 régions de l’ADN sont associées à l’insomnie

On recense aujourd'hui 8 types d'insomnies différentes

Quel insomniaque êtes-vous ?

Quelles sont les causes de vos insomnies ? Avant de chercher un traitement à vos problèmes de sommeil, il est d’abord important d’en déterminer les origines. Le stress, l’anxiété et la dépression sont les principaux facteurs de l’insomnie. Néanmoins, d’autres causes existent et celles-ci peuvent être multiples.

Parmi ces 8 types d’insomnies, on distingue les insomnies primaires des insomnies secondaires. Quand l’insomnie est due ou associée à d’autres maladies, on parle d’insomnie secondaire. Les insomnies liées à un trouble médical ou à une maladie mentale sont donc des formes d’insomnies secondaires.

Les traitements pour répondre à ces types d’insomnies sont donc différents de ceux pour répondre aux insomnies primaires comme l’insomnie d’ajustement ou l’insomnie psychophysiologique.

Si vous souffrez d’une forme d’insomnie secondaire préférez donc consulter un médecin qui pourra vous guider vers le traitement le plus adapté pour vous. À l’inverse, si vous souffrez d’insomnies primaires, que le stress, l’anxiété, un problème personnel ou une mauvaise hygiène de sommeil vous empêchent de dormir, ce guide vous sera d’une grande aide.

Les anti-astuces ou ce qu’il ne faut pas faire quand on souffre d’insomnies

Une des premières choses à faire lorsqu’on souffre d’insomnies est d’éliminer nos mauvais comportements. Vous savez ces comportements presque automatiques qui nuisent à l’endormissement et à une bonne qualité de sommeil : scroller son feed insta, regarder l’heure toutes les 10 minutes, s’obstiner à rester dans son lit, etc.

Comment vaincre l'insomnie ?

Découvrez nos 5 anti-astuces

Que faire en cas d'insomnie ? : nos 5 conseils

  • 1. Troubles circadiens et dérèglement de l‘horloge interne

Pour bien dormir il est important de bien se connaître. De combien d’heures de sommeil avez-vous besoin ? À quelle heure la fatigue se fait-elle ressentir ?
C’est en écoutant votre corps que vous parviendrez à vous rapprocher du rythme circadien.

Le rythme circadien c’est l’horloge interne de votre corps. Il correspond au rythme biologique au sein duquel les phases de sommeil et de veille se succèdent. Ce rythme est défini par votre génétique mais aussi par votre environnement. De multiples facteurs extérieurs peuvent donc vous conduire à ignorer votre horloge interne et ainsi dérégler le rythme circadien.

Le dérèglement de ce rythme peut bouleverser votre sommeil et provoquer des troubles du sommeil. Résultat : vous êtes fatigué en journée et ne parvenez pas à dormir la nuit.

On parle de troubles circadiens du sommeil lorsque les cycles de sommeil et de veille ne sont pas alignés avec les cycles du jour et de la nuit. Quelles sont les solutions pour retrouver un rythme circadien ?

Vous pouvez d’abord profiter d’une période de vacances pour mettre votre réveil au placard. Ainsi, vous identifierez l’heure à laquelle l’envie de dormir se fait sentir et l’heure de votre réveil naturel. Deux cas peuvent alors se présenter à vous : vous êtes en avance sur le rythme circadien ou vous êtes en retard.

  • Si vous vous endormez tôt et vous réveillez tôt : vous êtes en avance de phase. Vous exposer davantage à la lumière du soleil et participer à des activités sociales prenantes le soir peut vous aider à retrouver votre rythme.
  • À l’inverse, si vous vous endormez tard et vous réveillez tard : vous êtes en retard de phase. Bannissez tous vos écrans, sources de lumière bleue au moins deux heures avant votre coucher et exposez-vous à une lampe de luminothérapie le matin.

Une fois un rythme circadien retrouvé, la clé c’est la régularité ! Essayez au maximum de vous mettre au lit et de vous réveiller tous les jours, aux mêmes heures.

Il est aussi important de prendre en compte les éléments extérieurs qui peuvent influer négativement sur votre horloge interne. L’alimentation par exemple, est un facteur qui peut potentiellement dérégler votre rythme circadien.

  • 2. Régime alimentaire spécial insomnies et troubles du sommeil

L’alimentation est un agent essentiel d’une bonne hygiène de sommeil. Une mauvaise alimentation peut saboter tous les efforts que vous avez mis en place pour retrouver un sommeil de qualité. Certains aliments empêchent de dormir tandis que d’autres sont essentiels pour bien dormir. Existe-il donc un repas idéal à consommer le soir contre les insomnies ?

Dis-moi ce que tu manges et je te dirais comment tu dors. Pour bien dormir, veillez donc à ce que vous mettez dans votre assiette !

Ne pas manger trop gras

Manger trop gras au cours de la journée peut nuire à votre sommeil et ce pour plusieurs raisons.

Une des raisons principales est qu’une alimentation trop riche en graisses peut entraîner une réduction de l’adiponectine, une hormone impliquée dans la régulation du métabolisme énergétique. Cela peut donc perturber votre métabolisme et altérer votre rythme circadien.

Avoir une alimentation riche en tryptophane

Pour un sommeil de qualité, il est recommandé de consommer des aliments riches en tryptophane. Le tryptophane est un acide aminé nécessaire à la synthèse de la mélatonine, l’hormone du sommeil.

Voici une liste non exhaustive des aliments riches en tryptophane : céréales et féculents (riz complet, avoine, soja, sésame, quinoa), produits laitiers, oeufs, viandes, poissons, chocolat noir, banane, fruits à coque, etc.

Néanmoins, le tryptophane est plus assimilable par l’organisme s’il est associé à des glucides. Vous pouvez donc, par exemple, vous préparer un goûter gourmand riche en tryptophane et en glucides (à indice glycémique bas préférablement).

Limiter les sucres rapides le soir

Les aliments sucrés, à index glycémique élevé, peuvent jouer négativement sur l’endormissement. En effet, en augmentant la glycémie, ces aliments induisent une hausse de l’insuline. Par la suite, la baisse de la glycémie libère deux hormones : l’adrénaline et le cortisol qui nuisent au sommeil.

Limiter sa consommation d’excitant

Caféine et nicotine sont tous deux nocifs pour l’endormissement mais aussi pour la qualité du sommeil. En consommant ces substances en trop grande quantité et trop proche de l’heure du coucher vous risquez de retarder votre endormissement et de multiplier les réveils nocturnes.

  • 3. Mieux dormir grâce à l'activité physique

Le sport est l’allié de votre sommeil. Effectivement, de nombreuses études rendent compte du lien de réciprocité existant entre sommeil et exercice physique.

M. Chennaoui et al (2015) expliquent notamment que les effets d’une activité physique modérée sur le sommeil sont toujours positifs et ce quelque soit l’heure à laquelle celle-ci est pratiquée.
L’institut national du sommeil recommande ainsi d’avoir une pratique physique progressive, régulière et variée à n’importe quel moment de votre journée.

Néanmoins, si vous n’avez pas l’habitude de faire une séance de sport intensive 10 minutes avant votre coucher, préférez d’abord par introduire le sport gentillement dans votre quotidien. Vous pouvez, par exemple, commencer par choisir une séance d’une courte durée et à intensité modérée que vous effectuerez en rentrant du travail.

Si vous n’êtes pas un grand sportif : pas d’inquiétude, le tout est d’intégrer du mouvement dans votre journée. Vous pouvez aller vous balader dans votre quartier, promener votre chien dans le parc le plus proche, bricoler ou encore danser sur votre musique préférée. Il suffit simplement d’augmenter vos dépenses énergétiques par diverses activités, qu’ elles soient sociales, domestiques, sportives ou de loisir.

La pause café : bonne ou mauvaise idée ?

On vous explique tout ici
schéma d'une assiette sommeil parfaite pour bien dormir
Exemples de gouter contre les insomnies
  • 4. Hypnose et sophrologie contre les insomnies

En substitut ou en complément à la médecine conventionnelle, la médecine douce peut être un allié de votre sommeil. Scan corporel, chauffage corporel ou encore cohérence cardiaque sont autant de techniques que vous pouvez intégrer à votre quotidien pour retrouver le sommeil.

Chez Mindology nous proposons une solution d’accompagnement complète co-créée avec des professionnels de la médecine douce. Pauline Gonse, notre sophrologue et Thibault Gouttier, notre hypnothérapeute vous accompagnent à travers des séances en exercices vidéos pour vous aider à calmer votre anxiété, faciliter votre endormissement et retrouver un sommeil profond et réparateur.

Vous pouvez retrouver certaines de nos séances sur notre chaine YouTube en cliquant ici et tous les conseils de nos experts sur la page Nos conseils.

Retrouvez
nos experts

Ils vous accompagnent et vous proposent des solutions concrètes,
pour retrouver un sommeil de qualité et en finir avec les insomnies.

  • 5. Le CBD pour mieux dormir et réduire les insomnies

Les bienfaits du CBD sur le sommeil sont nombreux : endormissement facilité, nuits plus longues, sommeil profond et réparateur, etc.
Consommer nos huiles à base de CBD Broad spectrum peut donc être une excellente décision pour faire de vos insomnies un lointain souvenir !

Chez Mindology nous avons conçu une huile dont la formulation est spécifiquement élaborée pour répondre aux problèmes de sommeil. Le CBD associée à l’huile de noisette et à la mélisse fait de notre huile Bonne nuit l’allié précieux de votre sommeil.
La mélisse soulage l’anxiété, aide à l’endormissement et régule les cycles du sommeil tandis que l’huile de noisette, riche en oméga 9, joue un rôle dans la prévention des maladies cardiovasculaires.

Notre coffret Bonne nuit peut aussi être une très belle idée cadeau pour un proche dont les nuits sont un vrai cauchemar. Vous y trouverez notre huile sublinguale Bonne nuit en format 5 ml ainsi que notre infusion Bonne nuit : le duo parfait contre les insomnies !

En finir avec vos insomnies ne se fera pas en jour. En effet, le chemin vers un sommeil de qualité est complexe et semé d’embûches. C’est pour cela précisément que nous avons créé ce guide : pour vous accompagner sur le chemin, vous donner les clés de compréhension de vos insomnies et vous aider à trouver les solutions pour y répondre.

Parcourez progressivement ce guide. Petit à petit, concentrez-vous sur votre activité physique, revoyez votre alimentation, comprenez votre rythme circadien, initiez-vous à la médecine douce et aux bienfaits du CBD.

Ça y est, vous avez retrouvé les bras de Morphée ?

Pour mettre fin à vos insomnies

Découvrez notre huile bonne nuit

Sources

Chennaoui et al, « Sommeil et exercice physique : y a-t-il interrelation ?», 2015

Goulet, Guide de pratique pour l’évaluation et le traitement cognitivo-comportemental de l’insomnie, 2013

Urfer et al, “The association of mothers’ and fathers’ insomnia symptoms with school-aged children’s sleep”, 2017

Dr Adrien, ” Dormez Bougez! “, Exercer une activité physique régulière est un gage de bon sommeil “

Klarsfeld,Birman et Rouyer, ” L’horloge circadienne à l’heure Nobel, 2018

La République Française, “Insomnie :
Un trouble neurobiologique et psychologique”,2017

Fondation Sommeil, ” Les différents types d’insomnies “

Nature Genetics, “Biological and clinical insights from genetics of insomnia symptoms “, 2019

Nature Genetics, ” Genome-wide analysis of insomnia in 1,331,010 individuals identifies new risk loci and functional pathways”,2019

mindology_equipe_infusion-huile_cbd

Votre expert

L’équipe
Mindology


couette de lit dans une chambre éclairée où il y a une fenêtre

5 choses à ne pas faire pendant une insomnie

Pourquoi fait-on une insomnie ?

Plus de la moitié des Français a eu un trouble du sommeil dans les 8 derniers jours.
C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.

La bonne nouvelle : c’est tellement répandu que beaucoup de personnes se sont penchées sur le sujet pour trouver des solutions.

La mauvaise nouvelle : c’est super pénible.

Pour avoir des nuits plus apaisées et réparatrices, il faut aider son cerveau. En effet, c’est lui qui envoie les informations et hormones nécessaires à un sommeil de qualité, ou non.
Notre horloge biologique est un mécanisme très puissant mais qui peut facilement être perturbé par des éléments extérieurs.

Insomnie : que faire et ne pas faire ?

1. Regarder l'heure

C’est scientifiquement prouvé : quand on regarde l’heure la nuit, notre cerveau compte automatiquement le nombre d’heures qu’il nous reste à dormir. Ou le celles qu’on a déjà dormi. Cela crée du stress, parfois subtil mais bien présent. On a peur de ne pas dormir assez donc on a encore moins de chances de s’endormir. Donc : on cache l’écran de son réveil et on se tient le plus éloigné possible de son téléphone !

2. Consulter son téléphone

La lumière des écrans affecte l’horloge biologique. On éteint son téléphone 30 minutes avant d’aller se coucher et on coupe toutes les notifications. Et le texto “tu dors ?” de notre pote, vous savez ce qu’on en pense…

3. Se dire qu'on va encore être fatigué.e le lendemain

«Quand on envisage cette situation comme un “véritable cauchemar, la bataille est perdue d’avance.” – W. Chris Winter, auteur de The sleep solution. Passer une mauvaise nuit, ce n’est pas si grave. Ca nous est déjà arrivé et il ne s’est rien passé de grave, non ? Et au pire, on dormira ce weekend.

Le CBD peut vous aider à améliorer vos nuits :

  • A prendre avant de se coucher, environ une heure avant si vous anticipez une mauvaise nuit, vous sentez anxieux.se ou ruminez beaucoup
  • A prendre pendant la nuit si vous avez une insomnie ou une mauvaise qualité de sommeil⁠

Le CBD soulage efficacement l'anxiété. La plupart des insomnies étant en lien avec l'anxiété, il peut vous aider à passer de nuits plus apaisées et réparatrices.

4. Rester dans son lit

Quand on traine dans son lit pendant une insomnie, on envoie le mauvais message à son cerveau qui se conditionne selon le schéma suivant : être dans le lit = être éveillé. On l’habitue donc à identifier le lit comme un endroit où on ne dort pas. Donc : à partir de 15minutes à tourner en rond dans son lit, on se lève et on va dans une autre pièce lire un livre ou un magazine (un peu ennuyeux de préférence). On retourne dans son lit une fois qu’on ressent de nouveau de la fatigue.

5. Se coucher beaucoup plus tôt le lendemain

Se coucher à des heures différentes perturbe la production de mélatonine, l’hormone du sommeil et perturbe l’horloge biologique. Alors même si on est super fatigué, on évite de se coucher à 21h.

A associer avec un accompagnement de médecine douce :

L'hypnose a des résultats bluffant sur l'endormissement, l'amélioration de la qualité de sommeil et la diminution des réveils nocturnes.

 

  • La sophrologie
  • L'hypnothérapie
  • La méditation

La médecine douce pour le sommeil

Réserver une séance de sophrologie

Sources

Vague 27 de l’enquête CoviPrev, septembre 2021

MINDOLOGY_infusion_equipe_cbd

Votre expert

L’équipe
Mindology